Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
2005 : Sida Grande Cause...

2005 : Sida Grande Cause...

2005 : Sida Grande Cause...
2005 : Sida Grande Cause...

Ça doit faire tout pile un an, alors que j'étais assez gravement déprimé, j'ai occupé une des journées passées tout seul chez moi coupé du monde à la lecture du bouquin de Didier Lestrade, The End, dont j'avais entendu parler dans Têtu.

The End parle de Sida. Mais comme Lestrade pense, non sans raisons, que le Sida est devenu dans les années 80 le centre de la question gay, The End parle aussi de plein d'autres choses. Musique, porno, amour et communauté, Lestrade fait à sa façon le tour de la question.

Là, vous vous dîtes peut-être que si j'étais déprimé, ce bouquin avait du me faire toucher le fond. La vérité c'est qu'à cet instant, je l'avais probablement déjà touché. Surtout, The End n'a pas du tout provoqué une réaction de repli, d'apathie. Au contraire, dans les semaines qui suivirent, je me décidai enfin à entrer en contact avec les assos homos de ma région, idée autour de laquelle je tournais sans la concrétiser depuis un an au moins.
J'étais seul, un peu démuni. Je voulais faire quelque chose, tout en me sentant si isolé, si potentiellement inutile. Mais je crois que j'avais finalement compris que tout un chacun peut agir s'il s'en donne les moyens.

En mai, je poussai la porte de Moove!, "l'asso Lyonnaise des jeunes gays, lesbiennes, et de ceux qui les comprennent" (j'l'aime bien ce slogan). Peu à peu, j'y trouvai des marques. Mais le sentiment d'impuissance était toujours là, en arrière plan.

Les conditions particulières de Moove! au moment de mon arrivée -- l'ancienne équipe était fatiguée, la relève brillait par son absence -- ont fait qu'après l'AG d'octobre, 6 mois après mon arrivée dans l'asso, j'en étais élu Président. Techniquement, je partage la fonction avec mon valeureux collègue du bureau/CA (on est juste deux), mais bon, il fallait des intitulés administratifs et Sullivan + Trésorier accolés l'un à l'autre, c'est comme qui dirait un non-sens.

Bref, mon point (car, oui, j'en ai un!) c'était de dire que cette prise de responsabilité à Moove! m'a permis de faire la connaissance de mOules-frItes, la fédé nationale des assos de jeunes et étudiants LGBTQ (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, en Questionnement). Dès que j'en ait entendu parlé, le truc m'a intéressé. Mais s'intégrer à uen structure n'est pas chose aisée et je venais juste de faire ce chemin à Moove! Par chance, en janvier, les assises bi-mensuelles de MF qui venaient d'être instituées se déroulaient à Lyon. Ce fut l'occasion de prendre contact de manière directe avec cette structure. Par chance, again, c'était juste au moment où elle trouvait un nouveau dynamisme. Entre travail et convivialité, ce week-end m'a laissé un souvenir formidable, de même que son homologue de Paris en mars.

Ce mois d'avril, un projet initié en janvier s'est concrétisé. Une formation était organisée par MF avec le partenariat de l'asso membre Etudiants contre le Sida pour les référents prévention des différentes assos du réseau.

un week-end pour faire le point sur l'épidémie, sa signification en 2005, et pour se donner des armes pour le combat, au travers du counselling, "une relation dans laquelle une personne tente d'aider une autre à comprendre et à résoudre des problèmes auxquels elle doit faire face." Une clé essentielle pour un associatif dont la vocation première est l'accueil.

Un week-end fort en réflexions, en moments d'émotions, et de remises en question.

Un bilan qui s'impose, surtout: je ne me sens plus vraiment seul. Je ne me sens plus vraiment démuni. J'appartiens à une fédé au discours formidablement structuré, intelligent et concret sur le Sida et la question gay en 2005. En un an, me voilà sur la piste des réponses à mes interrogations. And it feels good...