Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
La télé entre dans une nouvelle époque (fermeture de BBC3)

La télé entre dans une nouvelle époque (fermeture de BBC3)

France Télévisions s’apprête à relancer France 4 dans une version ciblant les jeunes adultes – l’évènement se produira le 31 mars 2014, après avoir été encore retardé de quelques semaines. En Grande-Bretagne, la BBC a annoncé qu’elle allait fermer BBC3 à l’automne 2014 – la chaîne qui a justement servi de modèle à la nouvelle France 4.

La concomitance des deux événements est spectaculaire et souligne avec force ironie l’incroyable décalage du Paysage Audiovisuel Français, toujours en retard d’une guerre. Nos chaînes persistent à s’inscrire dans un modèle qui a quinze ans de retard par rapport aux télévisions des autres pays occidentaux. Un retard qu’on retrouve du modèle « Navarro », inventé en 1987 sur la base de « Kojak », créée en 1973 à la multiplication des chaînes, survenue incroyablement tard en France, et très poussivement puisqu’il a fallu attendre la TNT gratuite en 2005 pour que la majorité de la population cesse de ne recevoir que six chaînes. Une France 4 positionnée fermement sur la cible des 15-35 est exactement ce dont France Télévisions a besoin. Mais cela aurait dû arriver en 2003, année où BBC3 a été lancée. Le repositionnement de France 4 aujourd’hui ne risque-t-il pas d’être trop peu, trop tard ?

Car il faut bien prendre cette fermeture de BBC3 pour ce qu’elle est : non pas un accident de parcours sous l’effet de restrictions budgétaires, mais bien le début d’une nouvelle tendance lourde. La multiplication des chaînes télévisions a atteint son pic. Nous entamons une période où leur nombre va se réduire fortement et rapidement. La télévision publique Suédoise SVT, par exemple, annonce déjà clairement sa stratégie à l’horizon de cinq ans : fermer quatre de ses cinq chaînes actuelles pour n’en garder qu’une seule. Nulle intention pour autant de produire moins de contenu : ils seront simplement basculés sur Internet, la diffusion linéaire à la télévision servant de vitrine (et de point d’ancrage pour le public âgé).

Car c’est bien sur Internet que se trouve la clef de compréhension de ces évolutions. Aussi bien la BBC que SVT ont un service de vidéo en ligne extrêmement bien développé, efficace et très bien implanté. Une visite rapide le confirmera : à côté du BBC iPlayer ou de SVT Play, le Pluzz de France Télévisions fait office de site préhistorique. Non seulement son ergonomie est douteuse et fait fuir n’importe quel non-informaticien (combien d’usagers ont commencé des séries par l’épisode 2 juste parce que Pluzz renvoie systématiquement au dernier épisode diffusé en dépit du fait que la chaîne linéaire diffuse les épisodes par paquets de deux ou trois), mais ses options de recommandations sont totalement archaïques. A l’inverse les systèmes de l’iPlayer et de SVT Play se rapprochent davantage des algorithmes sur lesquels Netflix fonde son business, qui permettent de vous proposer exactement le programme que vous aviez envie de voir – alors que vous ne le connaissiez pas encore !

De fait, chasser les 15-35 ans avec un mode de diffusion, la télévision linéaire, qu’ils ne consomment pratiquement plus, sauf en cas d’événement majeur probablement en direct, est évidemment une chimère. Mais, pour ne pas simplement disparaître, reste à avoir établi une présence en ligne, et à avoir fermement installé ses marques. France Télévisions n’y est pas. Longtemps, les paysages audiovisuels ont été isolés les uns des autres, ce qui autorisait les quinze ans de retard. Nous n’y sommes plus. La question devient donc avec quel efficacité et rapidité peut-on rattraper le retard, avant qu’il ne soit trop tard ?

La télé entre dans une nouvelle époque (fermeture de BBC3)