Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
C'est le printemps!

C'est le printemps!

C'est le printemps!

Me regardez pas comme ça. Je sais qu'on est mi-novembre et que ça caille. Nan, ce que je veux dire par ce titre de billet iconoclaste, c'est que je me sens d'humeur printanière I feel better, depuis quelques temps. Et même si, en fait, je ne sais pas trop pourquoi, c'est bien agréable. D'ailleurs, je recommence à vraiment bien m'amuser en boite, plutôt que de laisser mes pieds m'y conduire par habitude, tandis que DJ Bronx continue de passer des sets pop-rock qui me plaisent bien en fait -- d'autant que les derniers étaient dépourvus de franches fautes de goût Obispiennes.

D'ailleurs, je recommence aussi, et triplement en ce week-end de trois jours, à remarquer à quel point ça peut être beau, un beau garçon. Très, même.

Là, je vois certain de mes lecteurs hausser un sourcil dubitatif -- oui, en ayant au moins deux, j'écris "lecteur" au pluriel -- mais y'a pas de mal à être hétéro, hein.

Anyway (grrrrr, encore de quoi donner de la matière à Phil qui me confronte à ma sale manie de mettre des mots anglais, en particulier du anyway, de ci de là, en copyrightant le anyway à mon nom sur le forum du FLT), me voilà peut-être sur le chemin de la fin de mes, pfiou, presque dix mois sans relation d'ordre sentimentale. En fait, je ne suis pas certain d'être encore prêt à m'engager, mais au moins je recommence à être un peu ouvert vers l'extérieur et, donc, je ne me déroberai pas devant une telle possibilité comme j'ai pu décider de le faire depuis janvier.

A part ça, je suis over-over-booké -- ce qui n'est probablement pas sans liens avec le début de ce billet.

Du coté de Moove!, après l'AG qui s'est bien passée quoi qu'en petit comité, je suis en train de me dépêcher de finir d'écrire Embuscade, Empoignade, Embrassade, la pièce que nous voulons monter cette année. La présentation du futur atelier théâtre est fixée au 26 novembre, il faut donc que ce soit fini à ce moment là. En fait, ça l'est pratiquement puisque j'ai écris le troisième et dernier acte ce week-end. Il me reste les deux-trois pages d'un interlude à boucler, puis une solide relecture-correction. C'est plutôt bien, puisque Olivier ne m'a passé pour que je le lise le bouquin que j'ai adapté que le 27 ou 28 aout dernier. Par ailleurs, les suites du rendez-vous avec l'Adjoint Jeunesse et Sport de la Mairie de Lyon devraient amener leur part de travail, puisqu'une campagne d'affichage que nous piloterions en partenariat avec les MJC de la ville pourrait voir le jour.

A mOules-frItes, le travail sur la campagne de la St Valentin, que je vais coordonner, vient de commencer pour de bon. Ca devrait être bien agité sur ce front ces deux prochains mois, et puis il y aura la période de la campagne à proprement parler, avec plusieurs choses intéressantes qui se préparent sur Lyon.

Du coté de la LGP-Lyon -- je vous ai dit que j'étais devenu le secrétaire de la LGP ? -- nous avions rendez-vous lundi dernier avec un avocat pour monter une conférence de presse pour présenter le pôle Lyonnais du RAVAD (Réseau d'Assistance aux Victimes d'Agression et de Discriminations) dont nous sommes adhérents. Demain, rendez-vous avec un élu dans le cadre d'un projet qui est en train de se monter, et dont je reparlerai en temps voulu. Le premier Conseil d'Administration s'est bien passé et a permis de distribuer les tâches -- il faut d'ailleurs que j'en rédige le compte-rendu.

Je continue, voir colonne de droite, de rédiger les brèves séries d'iMédias.biz et de reviewer Desperate Housewives -- même si, sur ce front là, mon retard commence à devenir sévère.

Par ailleurs, et comme on ne se refait pas, j'ai eu le bonheur de retrouver Veronica Mars (bientôt {rires} sur France 2) pour les trois premiers épisodes de la seconde saison. L'écriture de cette série est décidément brillantissime. Pour Alias, c'étaient les deux premiers de la saison, qui, s'ils ne sont pas les meilleurs épisodes de tous les temps, sont bougrement stimulants et prometteurs pour ce qu'ils contiennent d'enjeux et de germes pour la suite. Par ailleurs, Desperate Housewives continue son réjouissant bonhomme de chemin, n'en déplaise aux mauvaises langues, et si le troisième épisode de la saison 2 est en demi-teinte, le quatrième est une passionnante heure de télévision.

Sur ce sujet, d'ailleurs, et pour finir ce billet que j'aurais pu titrer "je suis en vie", je conseille aux téléspectateurs d'Urgences, sur France 2, de lire la review par Yerno pour la LTE de "Just as I Am", qui est à la hauteur de cet épatant épisode diffusé tout récemment et qui mettait Kerry Weaver en vedette.

Vous pouvez aussi en profiter pour (re-)lire ma review du même épisode rédigée l'année dernière pour EDUSA.