Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
Souvenir de panthères roses enragées

Souvenir de panthères roses enragées

Souvenir de panthères roses enragées

Je pique gentiment le titre du billet à Cédric, qui m'excusera d'autant plus facilement qu'il y a peu de chances qu'il soit jamais au courant ;) J'étais donc ce week-end sur Paris pour les assises d'automne de la fédération nationale des associations de jeunes et d'étudiants gays et lesbiennes, mOules-frItes. Un programme chargé et un week-end casse-bonbons m'attendait que je redoutais fortement.

Au final... tout s'est très bien passé !

Bon, vendredi soir a commencé dans une atmosphère lourde qui ne présageait rien de bon. Mais on ne remerciera jamais assez les Dégeliens pour leur coté tcharbé que le monde leur envie, et qui auront considérablement détendu l'atmosphère, donnant le "la" de deux jours ou chacun aura réussi l'impossible : se décontracter et aborder les difficultés rencontrées récemment par la fédé avec sérénité et intelligence. (En plus un Dégelien vient de Quistinic, un bled à deux pas de mon bled originel. Ça fait du bien de savoir qu'il y en a d'autres qui viennent du même trou que vous.)

J'ai donc vu s'amenuiser progressivement mon capital mauvaise humeur, dont j'estime qu'il aura tout de même porté ses fruits.

Résultat des courses, je fais mon entrée dans le bureau de la fédé avec le poste de co-secrétaire et la co-délégation nationale à la lutte contre l'homophobie, au sein d'une équipe au potentiel riche et qui va très vite me forcer à me confronter sévèrement avec mon complexe d'infériorité.

Mais le moment fort du week-end aura incontestablement été vécu samedi soir. Ceux d'entre nous qui en avaient l'envie et la force (après 4h d'AG, il en faut...) se sont en effet joints à l'appel des Panthères Roses à une contre-manifestation en opposition à la Marche pour la Vie, organisée depuis 15 ans par Renaissance Catholique, une retraite aux flambeaux contre ce que ces gens appellent « la culture de mort » (avortement, contraception, homosexualité et autres sexualités non reproductives).

L'occasion de se défouler et d'ancrer notre action dans un combat concret et réel, tout en scandant des slogans dont quelques uns de fort belle facture :

Jésus aussi avait deux pères
Lâchez-nous la chatte et léchez-nous tranquille.
Catho, facho, vous me pétez le clitto.
L’IVG c’est un droit, ces gens sont hors la loi.
Jouir, plutôt que reproduire.
Ni Dieu, ni maître, ni ordre moral .
Les cathos aiment les enfants, les prêtres contre l’avortement.
Le SIDA fait 10 000 morts par jour, le pape en veut toujours.
Nous sommes toutes des salopes avortées, a la première, deuxième, troisième aspiration.
Douze apôtres, super pour une partouze.
Plus de caresse, moins de CRS (par…)
Moins de Pape, plus de pipe.
Si Marie avait connu l’avortement, on aurait pas autant d’emmerdement.

Le moment fort aura été quand la bande de mOules-frItiens aura réussi à s'infiltrer jusqu'aux barrières encerclant directement l'église, où nous avons scandés le quatrième slogan, avant de nous faire repousser, nous, petite dizaine de malheureux, par une vingtaine de CRS en équipement complet.

L'idéal pour perdre sa voix, mais un grand moment de bonheur !