Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
Trop  Illimité

Trop Illimité

Dans la série, je vous raconte ma vie, sachez que je suis allé au cinéma hier soir.

D'abord, pour aller voir 300, ce film qui a fait décoller le box-office US et qui émoustille les amateurs de genre. Et bien je suis sidéré par l'indulgence avec laquelle est traité ce très, très, très gros navet !

L'histoire n'a aucune importance, tout le film ne sert qu'à voir des mecs se taper sur la gueule dans de grandes giclées de sang grand-guignolesques (et donc ni effrayantes ni pourvoyeuses d'aucune émotion autre que la gène d'être prisonnier de ce spectacle couillon). Mais enfin ça raconte, en gros, hein, l'histoire d'une grande bataille pendant laquelle des Gym-Queen façon Chippendales décident d'aller casser la gueule à des Drag-Queen sur-maquillées et aux sourcils épilés au millimètre. En gros. Mais tout cela n'a aucune importance. Donc tous abdos dehors, pour défendre une "morale" plus-réac-tu-meurs gerbante, nos "héros" démembrent et décapitent pendant deux heures dans une improbable débauche visuelle d'un sidérant mauvais goût. Chaque plan est passé par 22 filtres et traitements informatiques, si bien qu'on ne se rend même plus compte que les éléments numériques sont très moyens parce que toute l'image est rabaissée numériquement au niveau des monstres en image de synthèse bas de gamme.

On sent aussi la volonté de pomper le Seigneur des Anneaux, on a même un sous-Gollum de bas étage, mais sans avoir compris ne serait-ce qu'un peu comment le sens épique de ces films-là rendaient leurs batailles si passionnantes.

Pour couronner le tout, on continue dans le non-cinéma après le déjà Zzzzz Sin City en adaptant une BD telle quelle, c'est à dire y compris avec son langage propre pas du tout cinématographique et qui verse dans le ridicule le plus absolu une fois animé (le méchant qui ricane pendant que son visage se plonge dans la pénombre et que ses yeux s'allument)

Le pire c'est que comme ça marche, on va s'en taper d'autres des navets de ce genre. Au secours !

Pour me laver les yeux et les oreilles, je suis allé revoir Les Témoins. Et bien en dépit du fait que deux cons qui ne savaient pas quel film ils étaient venu voir (véridique : ils m'ont demandé avant le début du film. Y'a des gens qui devraient être interdits de vente de carte illimité) ont passé tout le film a faire des batailles de pop-corn en gloussant (véridique aussi, hélas), j'ai réussi à verser deux fois ma larmichette. J'suis une pauvre fille!

Pour finir la soirée, passage au DV1 pour une injection de bonheur en intaveineuse à la soirée Cabaret avec Candy Williams. Ça tombait super bien, le spectacle "1er avril" était complètement délirant et à mourir de rire. Et au moins là, le travelottage était assumé ! :-)

Mes zygomatiques s'en sont tout justes remises à temps pour la reprise du boulot aujourd'hui à 14 heures...

Trop  Illimité