Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
TV is your friend

TV is your friend

TV is your friend

Dans la catégorie "petits moments de bonheurs solitaire", je vous donne aujourd'hui : <<Hourra j'ai pu télécharger plein d'épisodes et je commence à rattraper mon retard sur la saison télé US>>. Vous ne rêvez pas, by the way, j'ai écris "télécharger". Je suis un terroriste. Mais moi, contrairement à RDDV, j'assume ;-)

Bref! Je vais m'attarder sur mes deux séries préférées de la saison dernière, qui revenaient toutes deux en deuxième saison.

Le haut du panier est toujours trusté par l'incroyable, l'hallucinante, la fantastique Veronica Mars. Rob Thomas, le créateur/producteur de la série reprend les principales qualités de la saison 1, les pousse encore plus loin, et nous livre un bijou télévisuel. Peu de séries peuvent se vanter de savoir concilier comme celle-ci le coté plaisir jouissif et une véritable intelligence dans la narration et le propos -- sans parler de la confiance incroyable des auteurs envers l'intelligence de leur public, vu la complexité follement excitante de la saison. Plus que cinq épisodes et j'en serai au fin mot de cette histoire (si tant est qu'il y ait jamais un fin mot dans Veronica Mars). Signe que tout n'est pas pourri en ce bas monde, la série reviendra en troisième saison sur le nouveau network CW. Quelques changements s'annoncent, qu'on pourrait d'ailleurs craindre un peu. Mais ma confiance est Rob Thomas est totalement aveugle: sa série a, ni plus ni moins, l'une des toutes meilleures écriture jamais vue à la télé US.

Allez, venons-en aux choses qui fâchent.

La saison 2 de Desperate Housewives se révèle bâtarde et bancale, et témoigne d'une totale absence de maîtrise. Moi qui avait été, comme beaucoup, soufflé par l'intelligence et la pertinence de la première saison, c'est la douche froide. La encore, il m'en reste à découvrir, j'en suis au 16ème ou 17ème épisode -- je ne suis même plus sûr, c'est dire la faiblesse de mon intérêt actuel -- mais si les choses peuvent éventuellement s'améliorer, je ne vois pas ce qui pourrait sauver cette saison.

Contrairement à Rob Thomas, c'est en effet tous les défauts de la première saison que Marc Cherry a approfondi. Le plus embêtant, c'est que même si, maintenant que la saison 2 est terminée, les langues se délient et laisse entendre le chaos qui a régné sur la série cette saison, Cherry me semble encore largement inconscient des problèmes. Et donc pas du tout sur la bonne voie pour réellement améliorer les choses.

En effet, si tout le monde convient ici ou là (articles spoilers) que le manque quasi total d’interactions entre les quatre wives, la nullité du mystère de l'année et de ses personnages plaqués mais jamais intégrés, le fait que 19 personnages principaux c'est trop, etc., ont plombé la série, Marc Cherry continue visiblement d'ignorer les problèmes majeurs qui ruinent la possibilité de ré-adhérer à Desperate Housewives. J'ai nommés :

  1. L'incohérence de plus en plus marqués de la caractérisation, les personnages changeant régulièrement au gré des besoins des scénaristes, sans grands égards pour le passé -- exemple : l'attitude de Gabrielle vis à vis de son mari, ou encore vis à vis de la maternité.
  2. Et cela découle du premier : la manière dont l'arbitraire le plus total règne désormais sur Wisteria Lane. Toutes les règles établies peuvent du jour au lendemain sauter si ça arrange les scénaristes. Du coup, plus aucun problème ne peut sembler important: tous peuvent s'arranger d'un coup de baguette magique. La manière dont les enfant Scavo parviennent miraculeusement, d'un jour à l'autre, à s'élever tout seuls en témoigne.
  3. La disparition de l'intelligence, au seul profit des aspects sitcom (mais largement moins drôle que la saison 1) et soap (rarement intéressants à cause des deux premiers points). On a même vu des épisodes ne même plus essayer d'avoir un thème ou de parler de quelque chose!... Ou est passée la satire sociale?

Si un véritable soin très méticuleux n'est pas apporté à la continuité des personnages et de l'univers de la série, même le retour vers des histoires plus intéressantes que la saison 2 (ce qui ne devrait pas être très difficile) ne pourra pas requinquer la série.

Pour le reste, et en bref : je viens juste de commencer la saison 2 de Battlestar Galactica, et c'est toujours une des meilleures séries du moment. Voire la meilleure. Lost s'est définitivement enfoncé dans le Zzzzzzz total, le téléspectateur désœuvré étant éventuellement sauvé de l'ennui par le surgissement du grand-guignol facile, j'ai définitivement abandonné la série au 2.06. La dernière saison d'Alias est plutôt intéressante. Sauf qu'au moment où ça devenait vraiment bien, la suppression de cinq épisodes par ABC est survenue, du coup tout se passe en mode avance rapide - et ça ne fonctionne plus qu'à moitié, ce qui est dommage pour un final. Il me reste les trois derniers épisodes à voir. Les échos sont pas très bons. Enfin, je n'ai pas encore eu le temps de commencer la saison 2 de ReGenesis, mais c'est une question de jour.

Ah, j'oubliais, je m'en veux d'avoir arrêté de suivre MediuM après le pilote, cette série est merveilleusement écrite, je l'ai constaté en zappant sur M6 et en me faisant scotcher par les épisodes. Il faut que je m'y remette !

That's all, folks !