Le Parlement des Rêves

Le Parlement des Rêves

Menu
Sven Clausen and the Danish drama revolution (mon année à Serial Eyes)

Sven Clausen and the Danish drama revolution (mon année à Serial Eyes)

(Version française du texte sous la photo de The Killing)

This week, we had the chance to spend two days with Sven Clausen, one of the visionaries who changed Danish television.

He joined DR1, the main Danish public broadcaster, in the 80’s, roughly at the time when the private channels started emitting – almost at the same time than in France. He was fast to realize that the DR1 dramas had to evolve radically if the channel wanted to stop losing audience and regain younger viewers.

As soon a 1990, Sven Clausen started going to the United States, where he closely studied for four years how his favorite good American series where made. He discovered that everyone on those series worked to achieve One Vision, the one of the writer/showrunner. By mid-90’s he had started applying those principle in Denmark, creating a Twin Vision where a writer is associated with a producer who will fulfill is point of view, and the “double story” where every series, behind the plot itself, has a strong and very clearly defined theme. Clausen wasn’t afraid to study its public, the Danish population, very closely, using tools developed by the companies who produced commercials, in order to make sure that every of its component could find itself represented is the new series he would help launch.

‘Taxa’ premiered in 1997, an ensemble drama inspired by ‘Hill Street Blues’ and ‘NYPD Blue’ set in a taxi company which lasted five seasons. The Danish drama would never be the same. The writers, producers, directors, the audience and the drama themselves could grow from there and become smarter and smarter. Roughly ten years later, Danish television became a worldwide phenomenon with ‘The Killing’ and later ‘Borgen’.

Those changes weren’t easy to achieve. During those years, more than 150 DR employees who didn’t share this strategy resigned or were sacked. Because of age limit, Sven Clausen had to retire from DR1 last year. He is now helping the main private Danish channel to achieve the same transformation and the same successes.

Sven Clausen and the Danish drama revolution (mon année à Serial Eyes)

Cette semaine, nous avons eu la chance de passer deux jours avec Sven Clausen, l’un des visionnaires qui a transformé la télévision danoise.

Il a rejoint DR1, la principale chaîne publique danoise, dans les années 80, à peu près au moment où les premières chaînes privées danoises ont commencé à émettre – presque en même temps qu'en France. Il réalisa très rapidement que les fiction de DR1 – jusqu’ici des téléfilms unitaires intimistes à la portée universelle très limitée – allait devoir évoluer radicalement si la chaîne voulait stopper l’hémorragie de son audience, qui s’était déportée en masse vers la concurrence, et retrouver des téléspectateurs plus jeunes que les retraités éduqués qui n’allaient pas tardé devenir le principal public de la chaîne.

Dès un 1990, Sven Clausen a commencé à aller aux États-Unis, où il a étudié de près, quatre années durant, la manière dont les bonnes séries américaines qu’il appréciait étaient produites. Il a découvert, déjà à cette époque et contrairement au mythe français selon lequel la série de qualité a commencé avec HBO, que tout l’équipe de ces productions travaillait à mettre à l’écran une Vision Unique, celle du scénariste / showrunner . Avant le milieu des années 90, il a commencé à appliquer ces principes au Danemark, en créant ce qu’il appelle la Vision Jumelle, pour laquelle un scénariste est associé à un producteur qui travaillera au service de ce point de vue d’auteur, mais aussi le principe de la "double histoire " où chaque série, derrière les rebondissements, repose sur un thème fort et universel, défini avec clarté et précision. Clausen n’a pas eu peur d’étudier très précisément son public, la population danoise, avec des outils développés par les publicitaires, pour s’assurer que toutes ses composantes seraient représentées dans les nouvelles séries qu’il aidait à concevoir.

‘‘Taxa’’ arrive à l’antenne en 1997, une série chorale inspirée par ‘‘Hill Street Blues’’ et ‘‘NYPD Blue’’, située dans une compagnie de taxi, et qui a duré cinq saisons et battu des records d’audience. La fiction télévisée danoise ne serait plus jamais la même. Les scénaristes, producteurs, réalisateurs, le public et les séries elles-mêmes pourraient se développer à partir de là et devenir de plus en plus sophistiqués et intelligents. Une dizaine d’années plus tard, la télévision danoise est devenue un phénomène mondial avec ‘‘The Killing’’ puis ‘‘Borgen’’.

Ces changements n’ont pas été faciles. Sven Clausen a dû convaincre, et affronter des résistances. Pendant ces années, plus de 150 personnes employées de DR ont démissionné ou ont été licenciées parce qu’elles ne partageaient pas cette stratégie à long-terme. On se demande souvent d’où vient la crise de la fiction française. La question est à poser aux responsables de la fiction et aux directions des chaînes publiques qui se sont succédé entre le milieu des années 80 et le milieu des années 90. Placés dans des conditions très similaires à celles qu’affrontait Sven Clausen, pourquoi n’ont-ils pas eu la compétence et / ou le courage d’effectuer le même travail ?

Atteint par la limite d’âge qui touche les fonctionnaires danois, Sven Clausen a dû quitter DR l’an dernier. Il aide désormais la principale chaîne privée à mettre en place la même révolution pour atteindre le même succès.

Sven Clausen

Sven Clausen