Blockbusters no more (Man of Steel, de Zack Snyder)

Vous vous souvenez ? Vous vous souvenez des premières images de Man of Steel, le reboot de la franchise cinématographique Superman ? Ce souffle épique, cette émotion... Une chose est sûre concernant Zack Snyder: il ne sait pas faire de bons films, mais au moins il maîtrise à fond l'art de la bande-annonce.

La bande-annonce, de loin ce que Man of Steel a de mieux à offrir. Zod n'est presque pas dedans. Coïncidence? Je ne crois pas.

Man of Steel est un échec. Cela pourrait être un film de pure science-fiction passable (l’introduction sur Krypton, racontée en avance rapide, est à la limite du nanar), quoi que particulièrement bourrin. Il est logique que, dans un format long comme un comic ou une série télé, l’origine SF de Superman soit exploitée, mais ce n’est guère l’ancrage premier de Superman, et c’est un choix douteux pour une adaptation sur un format qui se limitera à trois histoires au maximum, cinq ou six en cas de triomphe et/ou de recast.

Par ailleurs, et encore plus embêtant, ce film est dénué de la moindre émotion et du moindre sentiment d'empathie envers quelque personnage que ce soit (à part un petit peu Lois Lane, à la limite). L’histoire d’amour entre Superman et Lois est risible, tant elle n’apparaît que pour respecter le cahier des charges. Avant leur premier baiser ils ont passé quoi, quinze minutes ensemble ? Et ils ont échangé vingt phrases. C’est effarant comme toutes les séquences du voyage initiatique de Clark Kent tombent à plat, les unes après les autres, incapables de susciter le moindre battement de cœur.

Mais à quoi bon adapter une œuvre si c'est pour en trahir non pas la lettre mais, pire, l'essence ? Le personnage de Superman est un pilier de la culture populaire, et il a connu de nombreuses variations au fil d'une longue histoire. Mais ces différentes continuités ont fini par tracer les contours d’un véritable personnage. Un héros qui ne cessera jamais de privilégier l'intérêt général, celui de l'humanité, des autres, au sien. Celui qu'on voit dans Man of Steel n'est pas Superman. Il a une histoire proche – mais de multiples super-héros sont des décalques de Superman – en revanche il n'a ni son éthique ni sa personnalité.

Et s’il y a un personnage qui ne se prête pas à une approche consistant à faire un film de super-héros en s’excusant de faire un film de super-héros, c’est bien Superman. On a le droit de le trouver niais, mais dans ce cas, on le laisse tranquille, on ne lui applique pas une sorte de ripolinage pseudo-réaliste / cynique qui lui va beaucoup plus mal qu’un slip porté au-dessus du pantalon.

Plus largement, je crois que Man of Steel a achevé de me convaincre qu’il n’y avait plus rien à attendre du Hollywood actuel. Le système est trop corrompu, trop vicié. Cela fait des années, maintenant, que l’on espère le prochain blockbuster de studio qui renversera la tendance, saura se montrer à la fois intelligent et jouissif. Le blockbuster a été inventé par une génération, emmenée par les Steven Spielberg, James Cameron, Ridley Scott, ou même Georges Lucas, qui mettaient la création au cœur de leur travail, qui avaient réussi à retourner le système à leur avantage, pour qu’il serve l’art autant que le commerce.

Mais ce qui était autrefois la règle est devenu une exception qui se réduit comme peau de chagrin. Toutes les embellies sont venues du dehors du système. De territoires indépendants, comme District 9 ou Chronicle. La génération de grands cinéastes a laissé place à quelques créatifs isolés perdus au milieu de faiseurs qui ne satisfont les studios que par leur acceptation du système. Qui aime encore ces films de plus en plus standardisés jusqu’à être désincarnés ? Comment peut-on accepter un tel manque de diversité des sujets et des films ? Les financiers aujourd’hui à la tête de l’industrie du cinéma US font l’erreur de cupidité que commettent toujours les gens d’argent quand ils prennent le contrôle d’industries créatives. Ils ne financent plus que ce qui marche au détriment de toutes les niches d’innovation et de renouvellement. Il n’y a pas de difficultés à imaginer comment tout cela va se finir.

Il s’est passé la même chose à la télévision française. Navarro marchait. Il n’y a plus eu que Navarro et des copies de Navarro. Le format a lassé après quinze ans et il a suffit de deux années pour que le système s'effondre et pour que la série française entre dans une crise profonde dont elle ne s’est pas sortie, près de dix ans après.

Si un nouvel Hollywood devait naître ce sera à la faveur d’un grand changement dont il sera impossible de ne pas entendre parler. En attendant, impossible de s’exciter devant la bande-annonce, même très réussie, d’un prochain film de studio. Je saurais trop la déception qui ne manquera pas de s’en suivre... Blockbusters no more.

Blockbusters no more (Man of Steel, de Zack Snyder)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

pol gornek 16/07/2013 20:41

Il est coutume de dire qu'une bonne adaptation est une bonne trahison. Et Man of Steel s'avère une honnête trahison. Je ne te suis pas lorsque que tu juge que le film trahit l'essence du personnage.

Si l'on remonte aux sources, il y a dans Superman, la notion de l'étranger qui réussit (en plus de l'aspect mythologie greco-romaine), les deux auteurs étant juifs, le parallèle s'est vite imposé. De l'intégration à la reconnaissance, Superman incarnait cette figure exemplaire, ce super-héros parfait à la moral imperfectible. On peut reprocher cet aspect au personnage mais comme tu le dis, il est ainsi et c'est un fait.

Le film de Snyder réutilise cette figure mais la détourne. Ici, il est toujours question de l'étranger. Seulement le point de vue adopté n'est pas celui de l'être humain mais celui de Kal-El. Quelque part, ce n'est plus la crainte de l'étranger qu'illustre Sup' mais la crainte d'une espèce humaine incapable d'accepter la différence. Le film cultive une forme de misanthropie qui sied bien à la proposition lisse et insondable de Henry Cavill. Enfin le film cherche à valider l'ouverture de l'espèce humaine face à un être plus grand que lui. Et pour y arriver, Sup' devra tuer l'un des siens pour choisir son peuple. Même si c'est traité de façon très grossière, j'aime bien l'idée d'un Sup' qui décide ou non s'il doit sauver son peuple d'adoption ou celui de sa naissance. La nature duelle de la situation fonctionne.

Le super-héro prête toujours ses traits à toutes variations (la dernière en date Red Son avec son postulat "Et si Sup' s'était écrasé en URSS ?"). Celle offert par Man of Steel est aussi intéressant.

Après, cela n'empêche malheureusement pas le film de souffrir de gros défauts comme la partie sur Krypton, un méchant caricatural (il n'y a aucune ambiguïté sur la nature très très méchant de Zod). En fait, pour appuyer le choix cornélien de Sup' il aurait fallu "ne rien savoir" de la fin de Krypton et un méchant moins manichéen. Enfin, l'aspect émotionnel ne fonctionne pas vraiment parce que cette proposition de Sup' est résolument apathique en pleine construction.

© Sullivan Le Postec - 2020 -  Hébergé par Overblog